kinshichou 錦糸町

Publié le par laurent

Il suffit d’emprunter la station akihabara sur la sobu line direction Chiba pour qrriver en quelques minutes à Kinshichou. Cette station pourrait rerésenter une sorte de frontière entre Tokyo et la pré-banlieue.Image hébérgée par hiboox.com En fait Tokyo est très étendue mais dépassant le cercle formé par la yamanote line on se rend compte qu’on n’est déjà plus dans le coeur de la cité. Ensuite il faut encore traverser pas mal de stations pour quitter la capitale à l’est et se retrouver à Chiba, ville tout aussi immense mais plus campagnarde dans l’esprit des japonais.

Image hébérgée par hiboox.com

Avant Kinshichou, on s’est déjà éloigné du centre grouillant ; après kinshichou on n’est plus vraiment à Tokyo, même si c’est le cas sur le papier.

Kinshichou est dotée de hauts buildings ce qui lui donne une allure de quartier des affaires mais dès qu’on s’éloigne de la place faisant face à la station à la sortie nord, on pénètre dans des ruelles aux clubs dont les hotesses raccolent en pleine rue...Dans une autre rue, des love hotels bordent la chaussée tout le long. On remarque qu’il y a aussi beaucoup d’étrangers à Kinshichou et certains accostent des japonais dans la rue, tels des rabatteurs de clubs ou karaoke. Etrangement ils n’accostent pas les étrangers et leur font plutôt un sourire complice qui doit vouloir dire « on est sur le même bateau » ou « toi t’as pas une tête à avoir du fric je ne t’accoste pas » ou « le printemps arrive mais fait quand même frisquet ce soir ». en dépit de cette présence accrue de gaijin, on a parfois étrangement l’impression d’être observé en entrant dans un resto de ramen par exemple. Ce ne sont que quelques impressions très perso mais je fus surpris de ressentir ça alors que je me l’ai jamais senti en banlieue.

Ceci dit l’interêt de cette station et de la place de la porte sud, ce sont les groupes de zicos qui s’installent le soir et en journée pour faire une démonstration de leur art. Ca va de la chanson mélodiquement langoureuse au ska punk le plus déjanté et parfois le samedi soir ils jouent tous en même temps ce qui crait une cacophonie amusante. J’ai pu en filmer un après avoir demlandé autorisation. Le jeune homme à la coiffure afro m’a dit ok à condition que je leur fasse de la pub. C’est chose faite et je vous présente le groupe copa deba (video) dont vous pouvez retrouver toutes les infos sur ce site :

Quoi dire d’autre à propos de cette station ?Image hébérgée par hiboox.com Il y a aussi un immense magasin d’électronique où on trouve de tout en informatique, jeux vidéos ; télévisons...c’est intéressant mais c’est comme à Akihabara, ça saoule rapido tout ce bordel et les allées trop étroites pour accueillir la foule du week-end ; mais la différence avec Akihabara, c’est que les vendeurs ne se la jouent pas « mega open minded » quand on leur demande un renseignement ; en fait je pense que les vendeurs de Akihabara ont une partie de leur formation consacrée à la façon commercialement fructueuse d’aborder le touriste étranger en lui tapant l’épaule de la main et en faisant des grands gestes qui ne veulent rien dire.

Bref, Kinshichou est une station à visiter pour les mélomanes de la rue et les ceux, pourquoi pas, qui veulent rajouter de la mémoire sur leur ordi.

 

Image hébérgée par hiboox.com

Commenter cet article