caroline la divine (un peu douteux le titre)

Publié le par laurent

Si vous croisez une jeune femme avec une selle de vélo dans une main en plein restaurant ; si vous croisez une jeune femme en tenue de soirée sur une bicyclette des années 30 cherchant son chemin pour se rendre à un barbecue, c?est peut-être elle : Caroline, K-ro !

   Quand elle était petite fille, elle rêvait de devenir working girl en tailleur et talons longs, exerçant un poste à responsabilités dans une entreprise bien policée?Mais celle qui se faisait jalouser dans la cour de récréation par les autres filles qui voyaient en elle une jeune mignonne sachant précocement jouer de son charme plein de fraîcheur, emprunta le chemin inverse de pas mal d?autres filles. En effet, j?ai précisément sous la main l?exemple inverse d?une fille que j?aie connue au lycée : elle s?habillait en quasiment en mec, parlait comme un mâle mal dégrossi?et vient de se marier après s?être littéralement transformée en femme du grand monde ^^,(ce qui lui sied mieux?).

            Tout commença lorsqu?une inscription lui fut refusée dans une école?ce qui la conduisit à la faculté d?Histoire de l?art de l?université de Pau. Autant dire que ce n?est pas la meilleure voie pour devenir une office lady. Une bonne école de commerce aurait fait l?affaire mais les ?uvres de Marcel Duchamps tel que « fontaine », une pissotière décollée d?un mur et exposée, ou le carré blanc sur fond blanc de Malévitch, auront raison du requin ! Echec ? Renoncement ? Nous parlerons plutôt de mutation, irrémédiable sûrement?mais créatrice assurément !        

            Tout commence par l?exercice du dessin?et la peinture arrive. Personnellement, je préfère de loin ses peintures à ses dessins. A la fois figuratives et abstraites avec la marque d?un laisser aller caractéristique de la vie bohême d?une droguée au chocolat.

            Quand elle parle de ce qu?elle fait, elle ne se prend jamais au sérieux et à vrai dire, elle riait en décrivant très furtivement ses travaux?de toute façon elle passe la moitié de son temps à se tordre?Tu parles d?une working girl !

             Mais laissons-lui la parole pour présenter une infime partie de son répertoire :

 Le tableau ocre : « je suis partie d?une photo d?un paysage cathare que j?ai remanié selon ma propre vision. J?ai joué sur les transparences, sur la composition. Et je laisse toujours libre cours à la pensée du spectateur, y?a rien de précis dans ce que je fais. Tout est sur?l?évasion ! »

             Le tableau bleu : « c?est en fait le souvenir d?un moment que j?ai passé sur la plage. C?était surtout basé sur la contemplation de la mer et du ciel?les mouvements du ciel, le souvenir d?un bateau qui passait. Un mix entre le ciel et la mer, un élément qui se mélange?et la présence humaine avec le bateau »

             Le tableau rouge : « je suis parti de la photo d?une femme un peu dénudée?sensible?j?ai caché le visage volontairement pour travailler plus sur le corps?la couleur rouge, c?est un peu la souffrance de la femme par rapport à son corps, son corps qui est souvent vu comme un objet d?érotisme?mais le tableau date? »

             Caro est aussi une actrice de théâtre à ses heures et elle fit grande impression lors de sa dernière prestation ! Je l?ai d?ailleurs un tout petit peu aidé à réviser son texte qui donnait à peu près :

            « Viens me bouffer le pagne o corps de gazelle en feu qui bouillonne de mille éclats? » Chaud bouillant?

            Seul bémol à son travail créateur, son dernier délire avec mes cheveux ! C?est elle qui me coupe les tifs et comme vous pouvez le remarquer, c?est vraiment magnifique cette petite frange façon beatles^^.

Publié dans histoire de l'art

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article