Texte Libre

Recommander

Recherche

Calendrier

Avril 2014
L M M J V S D
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30        
<< < > >>

ça faisait long-temps que je n'étais pas passé par ici !

J'aurais bien quelques articles à écrire mais je suis plutôt occupé par ici (cliquez) , une version adaptée à l'i-phone avec des petits articles de français pour les étudiants japonais accompagnés des enregistrements sonores. C'est loin d'être parfait avec des fautes de japonais que je tente de corriger au fur et à mesure. 

 

 

Communauté : Japon
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires - Publié dans : trucs bidules

chassure2

Communauté : Le Japon ordinaire
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires - Publié dans : trucs bidules

 

Une belle conversation arrosée nous révèle toujours plein de secrets. Là, c'était uniquement masculin, vous savez, "entre c...." comme on dit . Mais bon, je m'égare déjà. H. nous a appris qu'il n'était plus avec sa copine. Comme il n'avait pas l'air très attristé par ce qui semblait être pour lui un "non évènement", on en a  un peu discuté. Apparemment, elle lui avait dit la semaine d'avant qu'il fallait qu'elle réfléchisse à leur style de relation. Et puis ce fut la fin.

- lui: Je n'aime pas les filles agressives de toutes façons.

Je ne sais pas vous, mais moi, quand j'entends "fille agressive", je pense à une femme furieuse de voir rentrer son mari ou copain en retard et qui l'attend sur le seuil de la porte avec un long couteau de cuisine, prête à le débiter en tranches de jambon de pays. Ou alors une fille qui en veut, dans un sens tout à fait différent...

Mais non, je n'y étais absolument pas. ce qu'on appelle "une fille agressive" ici, c'est une fille qui veut se marier assez rapidement pour diverses raisons :l'âge de péremption approche dans sa tête, presque tout le monde est déjà passé à la chapelle autour d'elle, un rêve de petite fille qu'il est temps de réaliser, une envie irrésistible de fonder une famille (ce qui passe nécessairement par le mariage), pour devenir femme au foyer...

Le truc, c'est que ça ne faisait pas des lustres qu'ils étaient ensemble et je fus moi-même surpris de cette "agressivité". Il faut dire que H. a une situation stable en évoluant dans une bonne boite depuis des années, qu'il a des revenus corrects...en gros il remplit les conditions d'un après chapelle réussit. L'appêt du gain ? Non pas du tout ! L'envie de stabilité, c'est différent.

Seulement voilà, H. n'est pas quelqu'un qui s'impose des normes et des choses à faire obligatoirement à certaines tranches d'âge; comme le mariage en entamant la trentaine. Pourtant il veut se marier et fonder une famille un jour, mais pas avec une fille qui en fait une priorité.

Après, on ne sait jamais ce qui se passe dans un couple.

Mais j'ai plus d'une fois entendu ces paroles de défiance à l'égard des "filles agressives" et certains gars semblent s'en méfier comme de la peste.

Communauté : Tokyo
Ecrire un commentaire - Voir les 3 commentaires - Publié dans : brèves de comptoir

Picture 005

Communauté : un p'tit coin de paradis
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires - Publié dans : Pour le plaisir

Pour être honnête, je n'aurais jamais sérieusempent pensé participer à ce genre de chose, même en habitant au Japon. Mais un ami m'y a invité. Son entreprise sponsorise en effet ce genre de loisir pour ses employés qui peuvent gratuitement étudier la cérémonie du thé. Les gens qui vivent au Japon ont en forcément entendu parler ou connaissent quelqu'un qui leur a  dit un jour "tiens ce weekend je suis allé étudier la cérémonie du thé". En général, ce sont des femmes qui en parlent, et je m'étais bêtement forgé l'idée que c'était définitivement un passe-temps pour femmes au foyer ou en vue de le devenir...Mais c'était bête et il faut savoir qu'à la base, d'après ce qu'on m'a dit, c'est un homme qui a crée ce cérémonial.

Bref, je ne me sentais pas super chaud mais j'appréciais l'invitation et me disant que je n'aurais probablement pas d'autre occasion d'être invité de la sorte, j'ai accepté sans broncher.

Il m'a un peu briffé avant de me lancer dans l'arène:

- (lui) Je suis sûr que tu prends ça pour une activité de "madame" un peu riche qui qui veut perfectionner ses manières en étudiant quelque chose de traditionnellement japonais.

- (moi) Euh, je ne serais pas allé jusque là...

- (lui) Mais de toute façon ne t'inquiète pas! je serai là pour t'accompagner et tu sais, il y a  aussi des hommes qui pratiquent ce style d'activité.

- (moi) Oui oui, ça me va. Je vais avoir l'occasion de faire un truc vraiment très japonais.

- (lui) Oui c'est sur! Par contre, ça serait bien que tu t'habilles un peu pour l'occasion.

- (moi) Un costume ?

- (lui) Euh pas forcément, mais une chemise et un pantalon, ça serait mieux.

- (moi) Bon ben ça sera un costume sans cravate...

Je vous passe les détails d'une conversation devenant de moins en moins intéressante. Je vous passerai aussi les détails de la cérémonie mais juste une chose, il vaut mieux bien s'entrainer à la position 正座 (せいざ) parcequ'au delà d'un moment, quand on a  pas l'habitude, ça fait mal. Mais la prof était très sympa et m'a dit de m'installer un peu plus à mon aise.

Maintenant, j'imagine que vous vous demandez si c'est intéressant ou non, si on y apprend des choses ou si on en ressort avec un petit plus en soi.

Je ne dirais pas que c'est passionnant mais de toute façon, ce ne doit pas spécialement être conçu pour l'être. Je veux dire que ce n'est pas quelque chose d'éxcitant. Mais c'est intéressant à mon sens parceque c'est quelque chose de typiquement japonais; un acte simple mais difficile en même temps. Ce n'est pas complexe mais j'imagine que c'est dur de le réaliser naturellement. Et il y a parfois des gestes simples qui vont contre nos automatismes. ce qu'on appelle お辞儀 (おじぎ), un geste qui peut rappeler une prosternation, je l'ai fait mais avec un terrible manque de naturel et je le sentais bien. ça doit être comme faire la bise pour les japonais (je sais bien que certains japonais font la bise sans problèmes mais c'est pour illustrer) On m'a dit que par ces gestes et la cérémonie, on apprenait aussi la modestie et le retour à des choses simples. Une extrême simplicité dans un code parfois "rigide" (ce n'est pas tout à fait approprié comme terme mais bon...), voilà qui pourrait résumer ce que j'y ai vu.

La traduction des phrases affichées en language zen, à la fois poétiques et philosophiques, était intéressante et on peut poser des questions à la fin.

Je ne saurais comment résumer tout celà, si ce n'est par dire que j'en suis ressorti tout calme. Faire ce genre de chose après avoir vécu 3 ans au Japon est positif pour moi. Si j'avais celà à mon arrivée, je pense que je serais passé à côté de quelque chose et j'aurais peut-être pris cette cérémonie seulement comme un objet folklorique.

Du coup, quand j'irai faire un tour en France, j'aimerais bien assister à quelque chose de très typique et traditionnel, le genre de chose pour laquelle je n'avais aucun intérêt quand j'y vivais encore. Si vous avez des suggestions...

 

 

 

 

Communauté : Japon
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires - Publié dans : Pour le plaisir

J'ai eu une petite bricole à l'oeil droit ces derniers jours. En fait, la paupière avait commencé par gonfler très légèrement. Puis, une semaine après, j'ai commencé à ressentir une petite douleur à chaque fois que je clignais de l'oeil. J'en parle autour de moi comme de la pluie et du beau temps et là on me ressort en coeur le même mot à chaque coup "ものもらい". J'ai appris juste un peu plus tard qu'il s'agissait d'une sorte d'infection. Les gens avaient l'air désolés, et une personne qui pratique l'acupuncture m'expliqua presque les larmes aux yeux quel calvaire pouvait être un traitement aux aiguilles pour ce genre de plaie. On se serait cru au Moyen Age (pour ce récit, je ne parle absolument de l'acupuncture de manière générale) avec des histoire d'aiguille chauffée avant d'être glisser dans la paupière...je voyais déjà le bourreau me narguer avec un fer rouge et me marquer à vie du sceau de l'infamie.

Une autre personne fit un peu plus dans l'humour et me dit que c'était parce que j'avais trop mis le nez, ou les yeux pour le coup, dans le frigo. Puis il me confia que c'était ce que lui racontait sa mère quand il était gamin et qu'il voulait manger avant l'heure du repas, "si tu mets trop les yeux dans le frigo, tu vas attrapper le "monomorai" hehe", ce qui lui faisait faire un bond en arrière. Tout ça pour me faire comprendre une fois de plus que je devais décidément avoir choppé un sale truc.

Je me remémorai avoir souvent croisé des gens munis d'un oeil de pirate, enfin je ne sais pas comment on appelle ça en fait, le bandeau noir qui n'entoure qu'un oeil. Je me faisais à l'idée qu'il faudrait aller voir un ophtalmo rapidement.

Ce que je fis le lendemain. Il me suffit de taper 眼科者 (がんかしゃ) sur internet pour trouver l'adresse d'un ophtalmo au deuxième étage de la "carrot tower" (non, nous ne sommes pas à Disneyland mais bien en plein Tokyo). J'entre et, bonne affaire, je passe tout de suite. ce n'est pas l'heure de pointe mais 5 assistantes "minettes" s'activent autour de moi. Je passe d'abord un test avec lecture d'hiraganas de plus en plus petits (dur de bien distinguer le う et le そ au fur et à mesure que ça rétrécit). Puis je passe dans le bureau du médecin. Super sympa et le genre qui s'arrange pour traduire tous les mots trop techniques en anglais. Je ressors au bout de 2 minutes avec en guise de diagnostic une bégnine inflamation...Je fonce au drugstore juste à côté du macdo et j'empoche deux petits pots pour faire des goutes, à mettre sur l'oeil 4 fois par jour...


Communauté : Le Japon ordinaire
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires - Publié dans : brèves de comptoir

L'autre jour je parlais de hanami avec quelqu'un. Enfin, disons plutôt que cette personne me parlait de Hanami en essayant de me montrer à quel point cette célébration des cerisiers en fleurs typiquement japonaise faisait partie de son idéntité nationale; que parcequ'elle allait s'emmerveiller sous les arbres aux fleurs blanches magnifiques, elle était japonaise.

- En faisant celà, je pense que je suis vraiment japonaise, n'est-ce-pas ?

- Oui, sans nul doute, vous êtes japonaise! (avec le sourire, comme après avoir fait une plaisanterie un peu nulle, mais gentillette).

Mais j'ai bien senti, que, nullement véxée, elle cherchait décidément à me faire passer un autre message. Alors, pensant que je ne l'avait pas bie comprise, elle revint à la charge.

- Oui, mais, c'est très japonais n'est-ce-pas ?

- Oui, c'est très japonais ! D'ailleurs, je n'ai jamais vu de tels arbres en France. Il y en a  dans d'autres pays ?

- Oui, aux Etats-Unis, à Washington DC. C'est un cadeau du japon et en échange, les Etats-Unis ont offert un autre type d'arbre au Japon, qu'on peut par exemple admirer dans une allée de Futakotamagawa, devant le grand magasin Takashimaya.

- Ah c'est intéressant...

- Et donc vous avez fait hanami ?

- Oui, je suis allé faire un tour à Nakameguro mais j'avoue que cette année je n'ai pas vraiment pris le temps de fêter ça dignement avec une bonne bouteille et un bon pique-nique. C'est dommage...

- Pour vous c'est normal de faire Hanami ?

- Oui, c'est très sympa !

- Mais, je veux dire, la première fois que vous avez vu des japonais faire hanami, qu'est-ce-que vous en avez pensé ?

- J'ai pensé que c'était vraiment une bonne idée de faire la fête au grand air au début du printemps, comme ça...

- Oui mais...c'était bizarre pour vous n'est-ce-pas ?

- Euh non, au contraire, c'était une bonne occasion de faire des rencontres et de parler avec les voisins de pique-nique !

- Ah...mais...quand même, ça a  du vous surprendre!

- C'est vrai que c'est magnifique. mais vous savez, c'est une coùtume très présente dans les guides touristqiues sur le Japon...

Comprenant à ce moment-là que je ne lui avais surement pas donné la réponse qu'elle attendait et la voyant véxée par cette vision un peu trop banale du phénomène, je lui concédai que, tout de même, c'était sacrément japonais. Mais le mal était fait. Elle ne m'en voulait pas, mais, cherchant à orienter la discussion sur nos différences socio-culturelles, je lui avais en quelque sorte collé un vent sans le vouloir...J'avais en face de moi une personne recherchant le sujet de fond sur nos cultures et je m'étais enfoncé dans l'impression habituelle du cycle annuel japonais. Hanami fait partie de ce cycle, comme le nouvel an ou les vacances de "golden week".

D'ailleurs je ne m'étais absolument pas rendu compte au départ de la tournure de cette discussion, que je prenais pour une façon sympathique d'amorçer la conversation, comme on parle de la pluie et du beau temps.

ça faisait longtemps que je ne m'étais pas retrouvé face à cette vision dualiste du monde. Il y a "nous" et "vous", les visiteurs. Cette vsion qui agace souvent les visiteurs m' a cette fois conduit à me sentir coupable de ne pas avoir été plus gentil, d'avoir peut-être manqué de délicatesse. 

Certaines personnes aiment le contact avec l'étranger, la comparaison des pays, et c'est intéressant. Mais elles ont parfois besoins d'une vision fraîche et innocente, celle des débuts, de l'étonnement, de l'incompréhension. ça ne fait pas des lustres que je vis au Japon, mais je n'ai plus cette fraîcheur, et je l'ai senti à ce moment-là.

Alors blasé ? Non, loin de là. J'adore hanami.

hanami

Communauté : Japon
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires - Publié dans : brèves de comptoir

Toujours à la découverte des échoppes du quartier, je me demandais où je pourrais boire du bon "nihonshu" et je demandai à un féru connaisseur. Il me guida alors vers celle-ci : "akaoni". C'est simple mais efficace. Cliquez ici pour plus de précisions.

akaoni

Communauté : Japon
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires - Publié dans : échoppes
ombreroseoeufbouquet
Communauté : Le Japon ordinaire
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires - Publié dans : Pour le plaisir
Communauté : performance de rue
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires - Publié dans : l'esprit Yoyogi
Communauté : Le Japon ordinaire
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires - Publié dans : trucs bidules
Communauté : Le Japon ordinaire
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires - Publié dans : ambiances
Je suis allé faire un tour à l'expo "no man's land" qui est dans ses derniesr jours. ça se passe dans les anciens locaux de l'ambassade de France qui, avant leur destruction, accueillent sur leurs murs, sols, plafonds des oeuvres d'art réalisées par des artistes de différentes nationalités, d'où le nom de l'expo peut-être. Jouxtant ces anciens locaux on peut apercevoir les nouveaux. En visitant l'expo , on se dit que ce n'était pas du luxe de reconstruire l'ambassade. En effet, le dépeçage des salles par les artistes laisse aparaitre du matériel et des structures devenues vraisemblablement vétustes. On a l'impression de déambuler dans un vieux lycée construits dans les années 70. Pour les oeuvres, on n'aime ou on n'aime pas. Mais il y avait à mon goùt des choses sympa et cette appropriation des locaux avant démolition est une bonne idée!
ps: prévoir une bonne demi-heure de queue.
 
entréeblendlegomariocouleursfintransparentstransparentqueueseniorcroissantspainsokSaint-michBBoeuftokyocitygrenadehanajiblocsbleuévierterre cuitelampe
Communauté : Tokyo
Ecrire un commentaire - Voir les 2 commentaires - Publié dans : évènements
Communauté : Tokyo
Ecrire un commentaire - Voir les 4 commentaires - Publié dans : journal du hard
aquariumC'est marrant, on m'a parfois parlé de la France sous l'image de l'amour et du sexe libre avec un nombre de partenaires illimité. ce n'est que fiction je vous rassure, tirée d'une image déformée des films d'amour et d'"aventure" (au japon, le mot "aventure" prononcé tel quel signifie une histoire d'un soir, ou de quelques soirs, libre comme l'air). Mais en y réfléchissant un peu, je n'ai jamais autant entendu parlé d'histoire de sexe et d'infidélité avant de venir à Tokyo. Non de non, je ne généralise pas et puis ce n'est pas un article sur la morale du peuple! Mais vraiment, à chaque fois qu'une fille se sépare de son gars, on évoque presque à chaque fois le fait qu'il s'est fait chopper dans le lit conjugal accompagné d'une autre. Si ça se trouve, c'est juste un alibi bâteau qui permet d'expliquer ce genre de chose de façon simple et claire...Mais bon, ça revient souvent. Genre le gars avait sa copine en titre, et puis le reste de la semaine il avait des copines de couche à qui il avait d'ailleurs dit qu'il était en couple. Pour la petite histoire, quand le gars s'est fait prendre en flagrant délit de conversation coquine au téléphone, il aurait annulé toutes ses relations pas claires par téléphone devant sa copine pour lui prouver sa bonne foi. Le mot local utilisé pour parler de cette infidilité, je l'ai entendu vraiment de nombreuses fois. Il y a  une espèce de suspicion ambiante. C'est comme la grippe qui revient chaque année, on porte un masque pour l'éviter. Du coup, il y en a  qui vous fichent directement au renseignements généraux si vous avez l'audace d'aller prendre un café avec votre collègue femme. J'espère que le lecteur ne pensera pas que les gens d'ici sont tous corrompus par le sexe, car j'imagine qu'on pourrait dire la même chose pour chaque pays de cette planète. C'est cette forme de cynisme autour du sujet qui laisse parfois dubitatif. Second degrès parfois un peu lourd, quand on vous demande à la première rencontre si vous êtes un "player" ou un gars réglo. Il y en a  avec qui on pourra faire un peu d'humour, d'autres qui prendront la réponse au premier degrès. Il parait que c'est parcequ'il n'y a pas la morale chrétienne qu'on en parle aussi facilement ici. Possible...mou
Communauté : Japon
Ecrire un commentaire - Voir les 3 commentaires - Publié dans : brèves de comptoir
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés